23. Des protecteurs pour la maison

 

En février 2019, nous avons la mauvaise surprise de découvrir des petits signes écrits au stylos indélébile en très petit tout au bas de la porte de notre garage. Il s’agit de toute évidence d’informations destinées à des voleurs suite à un repérage, ce qui n’est pas surprenant puisque de nombreux vols sont signalés dans la région.

Nous effaçons rapidement les signes et faisons le tour de la maison pour réparer les quelques failles de sécurité de notre domicile. Nous décidons également d’être plus attentifs sur le cadenassage des portes, ce qui n’est pas simple, puisque Laura réside à ce moment-là dans la caravane au bout du jardin à cause des travaux au premier étage de notre maison. Ce n’est pas pratique pour elle d’avoir les portes de la maison fermées, ne serait-ce que pour avoir accès aux sanitaires.

 

Les renforts

Laura décide d’augmenter encore la sécurité en appelant des « troupes » en renfort.

Son appel est entendu bien au-delà de ce qu’elle s’attend. De très nombreux guerriers désincarnés venant du monde entier et de nombreuses époques différentes répondent présent. Laura n’en revient pas que son appel ait mobilisé autant de monde. Elle perçoit même la présence de Perses !

Quand je descends peu après au sous-sol, je suis littéralement submergée par les très sympathiques présences. Je suis quasi-certaine qu’il y a dans le tas certains des soldats américains morts en Irak que nous avons aidés plusieurs années en arrière. Laura me confirme d’ailleurs que le chef particulièrement désagréable de ce groupe d’hommes est venu s’excuser auprès d’elle pour son attitude irrespectueuse la première fois que nous l’avons rencontré.

 

Ferme la porte !

Le lundi en fin de matinée, Samantha décide de profiter de son premier jour des vacances scolaires et de la météo printanière pour s’installer sur une chaise longue sur le balcon. Elle est très surprise de découvrir une femme en uniforme qui fait le guet ! Laura me dit plus tard qu’elle officiait comme sniper de son vivant. Elle était réputée pour son grand calme.

Et nos nouveaux protecteurs prennent leur travail particulièrement au sérieux ! Samantha est en effet stoppée un jour devant la porte de la maison par un homme massif dans un costume très ancien qui lui demande sèchement :

– Tu vas où ?

– Voir un pote !

– Tu as fermé la porte ?

Elle avait oublié.

– Va chercher ta clé !

Sans cette présence, la porte de la maison serait restée ouverte.

En regardant sur internet, Samantha me confirme que le garde qui l’a stoppée à l’entrée a bien le même type d’uniforme que celui porté par les Perses à l’époque. Par contre, il n’a pas de casque. L’impression de Laura est donc confirmée par Samantha, bien qu’elle n’aient pas communiqué ensemble.

 

Détectés au détecteur de mouvement

Comme sa sœur, Samantha m’affirme qu’il y a alors vraiment beaucoup de monde à la maison. Je suis touchée par toutes ces entités qui ont décidé de nous offrir leur aide. Ils se sont partagés en deux groupes, un pour notre protection et l’autre pour défendre et apporter leur soutien aux esprits égarés qui viennent chez nous. Ma cadette me confie cependant un jour : « C’est ultra-perturbant quand je me réveille de voir passer une personne devant la fenêtre [au 1er étage !] ou être installée en haut du pin ! ».

Parmi les effets de leur présence, nous constatons que la sonnerie automatique de détection de mouvement sur le portail à l’entrée du terrain se met à fonctionner fréquemment sans raison apparente. Tous les mouvements sont filmés et pourtant rien n’apparaît sur les images.

Samantha m’explique que c’est le garde en faction devant l’entrée qui la met en route. Ce n’est pas la première fois que le détecteur se met en route tout seul. Samantha m’a déjà dit qu’il n’arrête pas de sonner lorsque le reste de la famille est loin de la maison. Quand elle se penche à la fenêtre, elle voit des désincarnés lui faire des grands signes de l’autre côté de la barrière. Avec le temps les gardes de la maison feront sonner beaucoup plus rarement le détecteur de mouvement. Ils font désormais attention à être hors de portée du signal !

 

Garde-du-corps

Nos fameux gardiens ne se contentent pas de nous protéger à la maison. Ils nous accompagnent aussi à l’extérieur. Je sens clairement leur présence forte à mes côtés durant les trajets en voiture et  je sais qu’il y a quelqu’un près de moi lorsque j’attends à l’Hôpital de Fribourg que Laura ait terminé ses rendez-vous médicaux. Deux autres esprits accompagnent alors mon aînée en salle de consultation et un dernier reste en faction vers la voiture. A noter qu’un jour, il y a un jeune garçon qui joue dans la salle d’attente en attendant que son papa ait terminé une courte consultation. Il s’amuse clairement avec un « ami imaginaire » que Laura entend parler.

 

Comment les désincarnés peuvent agir sur la matière

Je reste un peu perplexe sur l’utilité d’esprits pour protéger le monde matériel. J’imagine que si les voleurs sont éventuellement des gens du voyage, ils peuvent peut-être percevoir les présences et peut-être en être effrayés, mais si ce sont des personnes dénuées de toute sensibilité à l’invisible, que peuvent faire des « fantômes » ? Samantha est pourtant catégorique sur leur utilité à protéger efficacement une maison. Elle m’explique qu’ils ont la capacité de bloquer totalement les portes et les fenêtres, empêchant complètement leur ouverture (nous en avions en effet eu un aperçu à Chancy, même si alors ce n’étaient pas les mêmes d’entité). Si cela ne suffit pas, ils pourraient aussi jeter des objets sur les personnes malintentionnées. Laura que j’interroge séparément évoque elle aussi immédiatement les poltergeists. Elle ajoute qu’ils ont également la capacité d’instiller une peur panique dans l’esprit d’éventuels voleurs, les empêchant de ce fait d’entrer dans la maison.

Bref, nous sommes définitivement sous bonne garde.

 

Alexandra Urfer Jungen

 

La suite: 24. La mort d’un ami à quatre pattes