Les regrets sur le lit de mort

 

Ce n’est pas un phénomène hors-norme, mais les éléments mis en avant dans cet article ont sans le moindre doute d’importantes conséquences sur le lit de mort, facilitant ou non le Passage.

 

Les 5 regrets

L’infirmière australienne en soins palliatifs Bronnie Ware a mis en avant les cinq plus grands regrets des personnes en fin de vie (1). En voici la liste :

Regret n°1 : Je regrette de ne pas avoir eu le courage de mener ma vie en restant fidèle à moi-même, plutôt que d’avoir la vie que les autres attendaient de moi.

Regret n°2 : Je regrette d’avoir travaillé autant.

Regret n°3 : Je regrette de ne pas avoir eu le courage d’exprimer mes sentiments.

Regret n°4 : Je regrette de ne pas être resté en contact avec mes amis.

Regret n°5 : Je regrette de ne pas m’être permis d’être plus heureux.

(Cliquez sur chaque regret pour avoir les développements donnés par Bronnie Ware)

 

Des regrets confirmés par la médium Allison DuBois

Cet appel demandant que chacun vive pleinement son existence est étonnamment proche du témoignage donné par la médium américaine Allison Dubois. Cette femme a relevé dans son ouvrage Ce que nous disent les défunts les leçons de vie qu’elle a acquises par l’intermédiaire des désincarnés.

Pour la petite histoire, Allison DuBois est la personne dont la vie a inspiré la série télévisée « Médium » diffusée entre 2005 et 2009. Son personnage était joué par Patricia Arquette et elle-même était consultante sur le tournage. Voilà donc ce qu’Allison nous dit :

« Les choix que je fais dans la vie me viennent en partie des leçons que les morts m’ont apprises. Premièrement, il est crucial de ne pas perdre votre temps : de nombreux défunts ont le sentiment d’être passés à côté de l’essentiel parce qu’ils croyaient avoir le temps de le faire plus tard. Cela n’est pas toujours le cas, aussi chaque jour compte-t-il. Il est également important que vos activités vous épanouissent. Lors de mes visions, beaucoup de trépassés m’ont exprimé leur regret de ne pas avoir pris davantage de risques dans la vie. Ceux-là sont morts insatisfaits, puisque d’une certaine manière ils ont vécu comme les autres voulaient qu’ils vivent. Ce n’était pas une existence où l’intérieur de l’être modelait l’extérieur, mais l’inverse.

Deuxièmement, comment tout cela affecte-t-il ceux qui vous aiment ? Les messages des disparus portent souvent sur le regret de ne pas avoir fait ce qu’il fallait auprès de leur famille. La façon dont nous influençons les nôtres doit par conséquent être prise en compte. Lorsque je m’attelle à un dossier, il importe peu à mes enfants et à mon mari de savoir s’il est résolu et classé, ou laissé en l’état : tout ce qu’ils veulent, c’est passer du temps avec moi, et je ne dois pas l’oublier. Il y a tant à apprendre de ceux qui ont vécu et sont partis avant nous ! Mais je sais aussi toute l’importance que j’accorde à la sagesse dont nous devons faire preuve dans cette vie, car j’ai appris à vivre le moment présent.

Aimez de tout votre cœur, et ne laissez pas les autres décider de qui vous êtes. Soyez l’artiste de vous-même. » (2)

 

Alexandra Urfer Jungen

 

  1. Bronnie Ware, Les 5 regrets des personnes en fin de vie, Guy Trédaniel éditeur, 2012
  2. Allison DuBois, Ce que nous disent les défunts, Editions France Loisirs, 2007, pp 58-59