Expérience de mort partagée

Photo AUJ

 

Qu’est-ce qu’une expérience de mort partagée ?

Les expériences de mort partagée (ou EMI par empathie) se produisent lorsqu’une ou des personnes en bonne santé, le plus souvent des proches du mourant ou le personnel soignant, ont la certitude d’accompagner l’âme de l’agonisant ou du nouvellement décédé dans une nouvelle dimension, le plus souvent paradisiaque.

Ces expériences de mort partagée sont identiques aux récits d’expériences de mort imminente, l’accompagnant pouvant même être amené à assister à la revue de vie du défunt. On retrouve dans ce cas l’impression d’ultra-réalité qui caractérise les EMI. A l’issue de l’expérience la personne décédée semble continuer son existence dans cet autre monde pendant que l’expérienceur retrouve son corps dans notre réalité.

 

Récit fictif de mort partagée

Le Dr Raymond Moody a élaboré un récit qui regroupe les éléments principaux de l’expérience de mort partagée :

Une femme appelée Jane est assise auprès de son mari, en phase terminale d’un cancer, après trente ans de vie commune. Il a perdu conscience et, d’après le médecin qui le soigne, sa mort est imminente… Tandis qu’elle le regarde, une brume blanche s’élève et se dissipe dans l’air au-dessus de lui… Soudain, la chambre s’éclaire et s’emplit d’une lumière blanche dans laquelle danse des particules. Jane, qui se sent un peu étourdie, comprend tout à coup qu’elle a quitté son corps et qu’elle flotte non loin du plafond de la chambre. Elle se voit en bas, assise auprès du cadavre de son mari, ce qui lui paraît, car elle le sent en même temps non loin d’elle. Elle tourne la tête et le voit qui lui sourit… Le couple continue à planer tandis que des scènes de leur vie surgissent autour d’eux. Ils voyagent dans leur passé en voyant défiler ces fragments dont certains se présentent de façon panoramique… Parmi ces scènes, se trouvent des séquences dont Jane ne fait pas partie, des scènes de la vie de son mari… Ensemble, ils se déplacent vers un coin de la chambre qui n’est plus à angle droit. Toute la pièce a changé de forme et semble continuer à se transformer… C’est peut-être dû à cette ouverture, à ce tube qui semble se dilater près du plafond, comme une porte vers un ailleurs. Jane et son mari y pénètrent…[et] débouchent dans un paysage édénique. Autour d’eux, tout n’est que beauté… Jane et son mari marchent sur un sentier qui descend vers un cours d’eau. Comme ils s’en approchent, Jane se rend compte qu’elle ne peut pas aller plus loin… Elle est heureuse pour son mari qui ne souffre plus et n’a plus de corps mortel. Elle prend congé de lui et, en un éclair, se retrouve dans son corps de chair et d’os, assise auprès de celui, inerte, de son mari.” (1)

 

Caractéristiques des expériences de mort partagées

Les travaux du Dr Moody ont permis de déterminer un certain nombre de caractéristiques de l’expérience de mort partagée :

“- Perception d’entités spirituelles entrant dans la chambre. Les expérienceurs voient ces apparitions, qui semblent être les proches décédés de la personne mourante, entrer dans la chambre au moment du décès.

Vision de l’essence spirituelle du mourant qui quitte son corps physique. Les expérienceurs rapportent, dans certains cas, apercevoir une brume (blanchâtre ou grisâtre) qui s’échappe du corps du défunt et constitue parfois une réplique transparente de la personne qui vient de mourir.

Perception d’une lumière brillante et mystique. Cette lumière surnaturelle, qui éclaire la chambre, est perçue par les expérienceurs comme étant une source de pureté, d’amour, de paix et de réconfort.

Participation à la revue de vie du défunt. Les expérienceurs peuvent voir des scènes de la vie de la personne défunte. Ces scènes forment parfois un hologramme qui entoure le lit de l’individu décédé.

Impression de changement dans la structure de la chambre. Les expérienceurs rapportent parfois que, lorsque l’autre personne décède, ils semblent pénétrer dans un autre plan de réalité qui ne se conforme pas aux règles de la géométrie tridimensionnelle. Par exemple, la chambre d’hôpital cubique semble “se muer” en quelque chose d’autre, elle peut prendre l’apparence d’un entonnoir; et les expérienceurs peuvent avoir l’impression de se retrouver à l’extérieur de leur corps physique et de percevoir la chambre à partir d’un angle qu’il est impossible de décrire avec les mots du langage ordinaire.

Découverte d’un paysage irréel et édénique. L’expérienceur découvre un paysage où tout n’est que beauté. Il peut aussi entendre une musique éthérée tellement sublime qu’il est impossible de la décrire avec des mots-

Accompagnement de la personne décédée vers la Lumière. Certains expérienceurs affirment avoir quitté leur corps physique, au moment où l’individu qu’ils accompagnaient est mort, et avoir réintégré leur “enveloppe corporelle” alors que la personne décédée entrait dans la Lumière.” (2)

 

Des transformations profondes

On notera aussi, comme dans les cas d’EMI, que les personnes ayant vécu une expérience de mort partagée en ressortent avec un grand respect pour leur vie terrestre, une forte réduction de la peur de la mort et la conviction profonde qu’elles auront une nouvelle existence après leur décès. Leur deuil est également apaisé.

Il faut relever pour terminer que les personnes vivant une expérience de mort partagée sont en bonne santé. Leurs visions ne peuvent de ce fait en aucun cas venir d’un manque d’oxygénation du cerveau ou d’une atteinte cérébrale.

 

Alexandra Urfer Jungen

 

 

1. Raymond Moody, Paul Berry, Témoins de la vie après la vie, enquête sur les expériences de mort partagée, Robert Laffont, 2010
2. Dr Mario Beauregard, Un saut quantique de la conscience, pour se libérer enfin de l’idéologie matérialiste, Guy Trédaniel éditeur, 2019, pp 127-128

 

Pour en savoir plus, visitez l’onglet “Les expériences de mort imminente“.