Les expériences scientifiques concernant la macro-psychokinèse

 

Pas de jedis !

Quand on parle de psychokinèse, on pense immédiatement aux pouvoirs extraordinaires des jedis. On en est très loin. Dans l’immense majorité des cas le phénomène de macro-psychokinèse est très peu spectaculaire. Il reste cependant statistiquement significatif.

 

Les études du Dr Joseph Banks Rhine

Le Dr Joseph Banks Rhine est l’un des initiateurs de la recherche en psychokinèse. Il est aussi le premier à avoir utilisé la méthode statistique dans ce domaine, comme il l’avait déjà fait pour la télépathie et la voyance.

Il a ainsi mené de nombreuses expériences entre 1940 et 1950. Pour la PK, il demandait aux participants de diriger mentalement la chute de dés pour faire apparaître une face précise. Au cours de ses années de recherche, le Dr Banks Rhine a cherché à éliminer tous les biais de manière à ce qu’aucun trucage ne puisse expliquer d’éventuels résultats positifs. Son expérience a été reprise de nombreuses fois.

Bien des années plus tard, deux autres chercheurs, Dean Radin et Diane Ferrari, ont décidé d’effectuer une méta-analyse des 73 études menées par leur illustre prédécesseur et 52 autres collègues. (1) L’ensemble regroupait 143 expériences et 2,6 millions de lancers de dé. L’effet, bien que petit s’est révélé suffisamment significatif pour qu’il n’y ait qu’une seule probabilité sur 1 milliard que le résultat positif en faveur de la PK soit dû au hasard.

 

Influencer la course de billes

Robert Jahn et Brenda Dunne (2) ont, pour leur part, testé les capacités de psychokinésie sur la course de billes. Ils ont pour cela créé une machine qui lançait 9000 billes en polystyrène à travers un labyrinthe de chevilles dont l’implantation avait été posée de manière aléatoire. Le tout était recouvert d’un plexiglas transparent permettant de voir comment les billes s’éparpillaient.

Le but était d’influencer par la force de la pensée la course des billes pour qu’elles tombent à un endroit précis. l’exercice s’est révélé statistiquement significatif et donc réussi. Bien d’autres expériences de ce type ont été menées à travers le monde et ont confirmé l’influence de la pensée sur le déplacement d’objets.

 

Ingo swann

Les chercheurs ont aussi relevé les capacités beaucoup plus spectaculaires de certaines personnes. C’est le cas de l’Américain Ingo Swann qui est l’une des personnes les plus étudiées et les plus reconnues pour ses capacités psi. Dans le cadre d’une expérience avec le scientifique Harold Puthoff, l’homme a réussi dans les années 1970, à affecter psychiquement le fonctionnement d’un magnétomètre supraconducteur lourdement blindé qui se trouvait enfoui dans les sous-sols du bâtiment de physique de l’Université de Stanford.

 

Le joueur d’accordéon

L’un des cas les plus incroyables dans le domaine de la télékinésie a sans doute été celui étudié au début du XXe siècle par Sir William Crookes. Il eut l’occasion de mener des recherches avec un certain Monsieur Home qui était capable de faire fonctionner un accordéon enfermé verticalement dans une cage-écran en le touchant seulement avec deux doigts du côté opposé aux clés.

Monsieur Home pouvait même obtenir le même résultat sans toucher l’accordéon. Des associés avaient beau examiner ses bras, ses mains et ses jambes de près, ils ne constatèrent aucun mouvement venant de leur « cobaye ». Rien ne permettait d’expliquer comment l’accordéon (fourni par les expérimentateurs) pouvait jouer des airs reconnaissables sans qu’on le tienne correctement. (3)

 

La pièce de monnaie

Plus proche de nous, en 1972, les chercheurs Charles Tart et Andrija Puharich ont mené une expérience de psychokinèse avec William Cantor. L’objectif était de faire tomber une pièce en rotation sur le côté face. Sur cent essais, la pièce tomba cent fois sur le côté face avec une probabilité que l’on peut qualifier de nulle que cela soit dû hasard.

 

Les capacités des enfants

Certains enfants semblent avoir développé des facultés de psychokinèse comme en témoigne la psychologue clinicienne et psychothérapeute française Patricia Serin : ” J’ai accompagné brièvement une petite fille de 8 ans, déclarée précoce, qui avait trouvé elle-même un sens à ses capacités de télékinésie. Elle faisait glisser des jouets sans les toucher. Son regard était intense, et je percevais avant et pendant une grande tension à la fois musculaire et psychique. “Cela me déstresse. Mon énervement fait déplacer des objets”, disait-elle. Très tonique, curieuse de tout, elle avait trouvé un moyen d’évacuer ses tensions lorsqu’elle se sentait frustrée et contrainte à l’immobilité. Elle m’avait confié s’entre être aperçue en CP, classe qui exiger de l’enfant un grand contrôle psychomoteur.” (4)

 

Alexandra Urfer Jungen

 

  1. D. I. Radin, D.C. Ferrari, “Effects of consciousness on the fall of dice: a meta analysis”, Journal of Scientific Exploration 5, 1991, 61-84
  2. Robert G. Jahn., Brenda J. Dunne, Margins of Reality, The Role of Consciousness in the Physical World. Harvest Book, Orlando Fla, 1987
  3. William Crookes, Recherche sur les phénomènes du spiritualisme, Nouvelles expériences sur la force psychique, Pierre Leymarie éditeur, p. 15-22
  4. Patricia Serin, en collaboration avec Alix Lefief-Delcourt, Les enfants indigo, comprendre et accompagner ces enfants à la sensibilité extra-ordinaire, Editions Eyrolles,2023

 

Retour à la page : “La psychokinèse