Comment réagir face à ce phénomène ?

 

Patricia Darré explique comment réagir lorsqu’on est victime de paralysie du sommeil accompagnée de présences.

 

Relativiser et se défendre

« La première chose est de relativiser ces attaques ; sur notre plan matériel, ces entités sont désincarnées, et si elles se nourrissent de notre peur, elles ne peuvent en aucun cas nous tuer.

Ensuite, il faut savoir qu’il est possible de se défendre et de faire cesser ces attaques. Nous avons en nous les ressources nécessaires pour y mettre fin, encore faut-il en être convaincus. Dans toutes les expériences et les problèmes liés à des entités négatives, ce qui compte et ce qui fait la différence, c’est notre détermination à ne pas se positionner en victime. La solution passe forcément par notre esprit, notre façon de vivre le phénomène, notre volonté d’opposer une résistance, de sortir de cette situation insupportable. C’est tout un conditionnement et un entraînement mental et psychique qui va nous permettre de mieux gérer notre peur. Tant que l’on a peur, on ne peut pas se débarrasser de l’entité car elle est là pour s’en nourrir. Si elle sait qu’elle peut provoquer en nous un effroi épouvantable, nous n’arriverons pas à en venir à bout. Dès que l’on arrive à mieux gérer sa peur, à la contrôler et à y mettre un terme, l’entité disparaît car elle ne peut plus se sustenter. ON coupe ainsi, à la source, la raison de sa présence. C’est toujours la peur qui fait rentrer la négativité et les entités…. Dans la vie, il ne faut pas se positionner en victime, il faut se rebeller, dire non ! Dans le paranormal, c’est la même chose, quand on commence à subir et à être victime, on n’en sort plus.

Il me semble donc utile de dresser une barrière psychologique et d’appeler les forces positives à disposition en se disant que l’entité ne peut pas nous tuer, qu’elle se nourrit juste de notre épouvante, et de penser : « Arrête-toi, tu ne me toucheras pas. »

 

Gérer sa peur

Le seul moyen de s’en sortir, c’est de gérer sa peur. Il faut pouvoir endosser son armure de guerrier pour combattre et remporter la bataille. Notre seule défense, notre arme absolue, c’est notre esprit, notre psychisme, c’est prendre conscience de la force de notre pensée. Nous sommes une pensée vivante, et si nos pensées ont peu d’effets immédiats sur la matière, il faut savoir qu’elles ont un effet instantané dans le monde spirituel et donc sur tous les esprits désincarnés. Ils perçoivent notre état psychologique et entendent tout de suite nos pensées. Savoir cela et l’utiliser à notre avantage peut s’avérer déterminant pour combattre les attaques d’entités que l’on subit pendant la paralysie du sommeil.

 

Patricia Darré, N’ayez pas peur de la vie, Michel Lafon, 2016, pp 115 à 117